QUI SOMMES-NOUS

Batiment du Siège de SECADEV sis Avenue Mobutu, N'Djamena( Tchad)

SOMMAIRE

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
+ Sa création
+ Sa vision du monde
+ Sa mission
+ Son mandat
+ Son extension
+ Le SECADEV est de retour à l’urgence après 20 ans de Développement
+ Ses activités
+ Ses Partenaires
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Sa création

Le Secours Catholique et Développement, SECADEV est l’une des huit associations diocésaines qui ont pour vocation le secours d’urgence et le développement. Il est créé par l’Archidiocèse de N’Djamena en 1982 sur une initiative du Père Pierre FAURE. Il a été enregistré le 02 mars 1983 puis autorisé à fonctionner par décision N° 27/INT/SUR du 12 avril 1983 par le ministère de l’intérieur et de la sécurité.
«Le SECADEV, comme les BELACD des six diocèses du Sud du Tchad a été créé par la conférence épiscopale du Tchad comme un moyen de promouvoir le développement harmonieux des populations en vue de leur propre prise en charge », a déclaré l’Archevêque de N’Djamena, Mgr Mathias Ngarteri Mayadi.
Les situations qui ont amené l’Eglise à créer SECADEV sont des catastrophes d’origine naturelle (sécheresses, inondations) et humaine (la guerre) que le Tchad a connues. En 1973 déjà, l’Eglise a été impuissante face à la sécheresse qui a frappé le jeune Etat tchadien à l’instar des pays du Sahel. L’Eglise n’avait pas à l’époque trouvé le cadre d’apporter une réponse à cette catastrophe naturelle.
En 1979, une guerre civile éclate à N’Djamena et jette sur le chemin de l’exil les populations civiles. 100 000 familles se sont retrouvées à Kousseri sur le territoire camerounais, chassées de chez elles par la guerre. C’est à cette occasion qu’un groupe de fidèles chrétiens encadrés par le Père Faure va prendre la décision d’agir pour aténuer la souffrance des victimes. Ce groupe va participer à la délivrance de l’aide aux côtés des organisations internationales. L’apport de ce groupe va se faire plus déterminant pendant le retour des exilés à N’Djamena en 1981. Les besoins les plus presssants étaient d’aider au transport et à la réhabilitation des maisons familiales détruites par les affrontements et le pillage. Ce groupe va devenir une organisation qui deviendra le Sécours Catholique et Développement(SECADEV).

Sa vision du monde

« Le monde que nous voulons d’ici 2018 est un monde où :
+ Les populations sont mieux organisées et gèrent de manière responsable et équitable leurs ressources
+ La paix et la justice règnent
+ Il y a un développement harmonieux de tout homme et de tout l’Homme sans distinction aucune dans le respect de son identité culturelle, politique, et religieuse
+ Toutes les personnes démunies, opprimées, marginalisées trouvent l’espoir et sont capables de vivre pleinement leur humanité comme une composante d’une communauté globale » .

Sa mission

« La mission du SECADEV est de contribuer à la promotion du développement humain durable des populations du territoire de l’Archidiocèse de N’Djamena, sans distinction
aucune. Cette mission se traduit par :
+L’instauration d’une société de justice et de paix
+La prise de conscience d’une solidarité nationale et internationale
+Un développement économique, social et culturel équitable et responsable
+La réponse aux urgences majeures. »

Son mandat

« + Porter la voix des victimes des conflits et d’injustices
+ Sensibiliser les populations à l’entraide et à la solidarité
+ Accompagner les populations dans la réalisation de leurs initiatives de développement
# En les organisant en structures aptes à porter et à pérenniser leurs activités
# En leur apportant l’appui technique, matériel et financier nécessaire à la réalisation de leurs projets
Mobiliser les ressources humaines, matérielles et financières pour répondre aux urgences ».

Son extension

La première intervention de SECADEV en tant qu’organisation de secours a commencé en 1984 suite à la sécheresse qui a frappé le Tchad. 500 000 prsonnes ses sont déplacées en direction des centres urbains, notamment à N’Djamena. Sans qualification aucune, ces migrants internes sont écartés du marché de l’emploi,et par conséquence sans revenu. Pourtant ils avaient besoin d’abris, de la nourriture, des soins de santé…

SECADEV fut parmi les premières organisations ayant pris l’initiative de conduire ces victimes sur les terres fertiles du lac Tchad dans la localité de Karal(20 000), au bord du lac fitri à Bokoro (30 000) sur les rives du fleuve Chari à Bousso et Ba illy(30 000) et un nombre assez important à l’Est du Tchad dans les localités de Guereda et Adré.
Tout en leur donnant l’assistance alimentaire, SECADEV les encourageait à reprendre les activités économiques traditionnelles, l’Agriculture à travers la distribution des semences.
En 1987, le SECADEV décide de devenir une organisation de développement pour aider le monde rural à s’organiser et se structurer en vue de se prendre en charge. Ceci a amené l’organisation à ouvrir neuf délégations à traves l’archidiose.

Le SECADEV est de retour à l’urgence après 20 ans de développement

Avec la crise du darfour, SECADEV a renoué avec l’urgence guidé par sa mission, celle de répondre aux urgences majeures. Il a accueilli les premiers réfugiés en provenance du Darfour, étant présent à l’Est du Tchad à cette époques-là. L’UHNCR l’a dès lors impliqué dans les opérations d’urgence en lui confiant la direction des camps de Farchana, Touloum, Kounoungou puis Milé, mais aussi la responsabilité des secteurs d’urgences clés. En 2010, lagence de l’ONU qui a le mandat de la protection des réfugiés lui a repris la gestion des camps.

Ses activités

De 2004 à nos jours, SECADEV est responsable des secteurs de l’eau et de l’ assainissement, la distribution générale des vivres et non vivres (du bois mort pour la cuisson des aliments), la réalisation des abris et infrastructures humanitaires, les services sociocommunautaire, l’Agriculture/Elevage et l’environnement. Par le passé, il a aussi été responsable de l’éducation dans les camps.

Ses partenaires

L’UHNCR est le premier partenaire de SECADEV, car il finance à plus 70% des activités d’urgence dans les camps et les villages environnants. Les partenaires de la Confédération Caritas Internationalis viennent compléter les activités dans les camps et dans les villages tchadiens des départements du Dar Tama et de l’Assoungha.
Après sept années consacrées à l’urgence, SECADEV s’oriente vers le développement.
Deux programmes triennaux sont ainsi mis en œuvre depuis mars 2009 et visent à réduire la pauvreté des populations à travers la sécurité alimentaire et la reconstruction du tissus socioécoonomique par l’animation communautaire.
D’autres activités sont mises en œuvre dans les villages grâce au partenariat avec les agences du système des Nations Unies au Tchad (PNUD, la FAO, et l’unicef).

Actuellement, SECADEV compte trois délégations, Bousso au sud de N’Djamena, Guereda et Adré à l’Est du Tchad. Il compte près de 250 agents, jeunes pour la plupart aux compétences variées.
Le Blog du Secadev

2 Réponses

  1. Le père Pierre Faure est sans aucun doute un vrai compagnon de Jésus pour avoir réalisé tant de choses pour l’humanité en douceur et dans le silence. Il nous a quittés pour rejoindre les cieux de la même manière qu’il a vécu « en douceur et en silence ». Je garde de cet homme un souvenir fort, celui d’un homme qui m’a sauvé d’une mort certaine. Et grâce a lui je peux dire combien Saint Ignace de Loyola est bien le compagnon de par excellence de notre Seigneur Jésus. Le père fondateur des Jésuite a su avec foi et intelligence créer un outil d’une valeur inestimable légué à l’Eglise que sont les exercices. Ou que tu sois père Pierre Faure. Sois Bénis au nom de notre seigneur. Valérie

    1. Merci de réagir à cet article sur le Père Faure,fondateur du SECADEV.
      Merci surtout d’avoir eu cette pensée particulière à l’endroit de cet Homme de Dieu qui a oeuvré pour les personnes qui souffrent.
      Antoine Adoum Goulgué

%d blogueurs aiment cette page :