Les Caritas au cœur d’une rencontre des Evêques africains à Kinshasa

Photo de famille de la rencontre de Kinshasa

A l’issue d’une rencontre tenue fin novembre 2012 à Kinshassa (RD Congo) à l’initiative du Conseil pontifical « Cor Unum », 52 Evêques membres de Caritas Africa ont fait une déclaration dans laquelle ils réaffirment leur gratitude au Pape Benoit XVI, auteur de l’Encyclique Deus Caritas Est confirmant la place de la Charité de cœurs comme partie intégrante de la mission de l’Eglise. La rencontre a eu pour thème « Identité et Mission de la Caritas à la lumière de l’Encyclique Deus Caritas Est ».

Cette gratitude exprimée au Saint Père se rapporte à son Encyclique sur l’action caritative au sein de l’église, à l’Exhortation apostolique poste synodale « Africae Munus », véritable discours programme pour la pastorale de l’Eglise en Afrique et au nouveau Règlement Intérieur de la confédération Caritas Internationalis adoptés lors de sa 19e Assemblée Générale marquant l’an 60 de la confédération tenue à Rome en mai 2011 et qui a été marquée par un discours historique de Benoît XVI.

D’entrée de jeu, les Evêques ont approuvé le thème de la rencontre qui, selon eux vient à point nommé, s’inscrivant dans un contexte caractérisé par une montée à leurs yeux dangereuse des théories et doctrines contemporaines mettant en cause la vision de la personne humaine comme créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Les différents échanges ont permis aux participants de réaffirmer que l’exercice de la Charité est intimement lié à la nature même de l’Eglise et se situe au centre de sa mission. Pour cette raison, elle doit être minutieusement organisée comme pastorale sociale de la même manière que l’annonce de la Parole et de la Liturgie, estiment les Evêques qui citent à cet effet Benoît XVI dans son l’Encyclique ci-haut citée: « La nature profonde de l’Église s’exprime dans une triple tâche : l’annonce de la Parole de Dieu, la célébration des Sacrements, le service de la Charité. Ce sont trois tâches qui s’appellent l’une l’autre et qui ne peuvent être séparées l’une de l’autre. La charité n’est pas pour l’Église une sorte d’activité d’assistance sociale qu’on pourrait laisser à d’autres, mais elle appartient à sa nature, elle est une expression de son essence même, à laquelle elle ne peut renoncer ».

Réaffirmant la dimension trinitaire, ecclésiale et spirituelle de la Caritas, et reconnaissant l’importance de la Caritas diocésaine comme instrument de l’Evêque, les participants se sont engagés à renforcer leur communion en tant que pasteurs de leurs églises respectives et à œuvrer pour plus d’harmonie et de coordination entre leurs Caritas diocésaines et nationales en poursuivant les initiatives d’aide de renforcement mutuel dans un esprit de solidarité chrétienne sud-sud.
Leur engagement vise aussi à assumer leur responsabilité de façon effective comme indiqué dans l’Encyclique Deus Caritas Est.
Les Evêques n’ont pas perdu de vue la nécessité de mettre en place et d’améliorer les structures de gouvernance à tous les niveaux de l’action caritative en vue d’un témoignage authentique et efficace comme signe de fidélité au Christ.

En recommandation, les Evêque de Caritas Africa ont demandé d’insérer les aspects liés à l’exercice de la pastorale de la Charité dans la formation des prêtres, des séminaristes et autres agents de l’évangélisation.
En retour, les prélats ont demandé que le personnel Caritas soit formé sur la dimension théologique et spirituelle de la Charité chrétienne tout en alliant professionnalisme et formation de cœur comme l’exige l’encyclique fondatrice de l’action humanitaire chrétienne. Le personnel des Caritas doit aussi « adhérer totalement à la doctrine catholique formulée dans le magistère de l’Eglise », poursuivent les Evêques dans leurla déclaration.

Caritas Africa se prpose à travers ses Evêques de revisiter les accords de partenariat qui lient ses membres aux Caritas des Eglises du Nord pour partenariat basé sur le respect mutuel.
La déclaration finale confie toute l’œuvre future des Caritas à l’intercession de la Viège Marie, mère de l’Eglise.
L’Eglise catholique au Tchad a été représentée à cette rencontre par Mgr Mathias NGARTERI MAYADI, Archevêque de N’Djamena et Président du conseil d’administration du Secadev et Mgr Joachin KOURALEYO TARANGA, Evêque du Diocèse de Moundou au sud du Tchad.
La rencontre a vue la participation de son Eminence le Cardinal Robert Sarah du Conseil Pontifical Cor Unum et de Son Eminence le Cardinal Oscar Andrés Rodriguez
Maradiaga, President de Caritas Internationalis.
Antoine Adoum Goulgué, le blog du Secadev

Publications relatives à la rencontre
1- Comminiqué de presse
2-Clôture de la rencontre des évêques

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :