FFP : Atténuer le choc de la crise alimentaire

Faible pouvoir d’achat, sous alimentation, exode rural, vulnérabilité aux maladies, perte des capitaux, tel est le sombre tableau de la situation des ménages ruraux, plus particulière ceux de la zone sahélienne frappés par la crise alimentaire. Le Secadev, partenaire d’exécution de CRS vole au secours des populations vulnérables à travers une assistance financière destinée à acheter des vivres. Emergency food security programm (EFSP) ou programme d’urgence de sécurité alimentaire, c’est l’intitulé de ce projet qui a démarré en mai et durera quatre mois.

Une femme chef d’un ménage de trois personnes

SOMMAIRE

1-Contexte et justification
2-Le problème
3-Objectifs et résultats
4-Les bénéficiaires du projet
5-Les partenaires du projet

Contexte et signification

Pour CRS son initiateur, le projet EFSP baptisé food for peace (FFP) est une réponse à l’appel lancé en décembre 2011 par le gouvernement du Tchad à l’endroit de la communauté internationale, vue la contre performance agricole de 2011. Le bilan de la campagne agricole fait par le gouvernement indique que la production nationale a baissé de 56% comparée à celle de la campagne précédente. Les départements du Dar Tama, région de Wadi Fira et de l’Assougha, région du Ouaddai ciblés par le projet FFP ont subi respectivement 55% et 47% de baisse de production. La mauvaise répartition des pluies et plus particulièrement leur arrêt brusque a fait baisser la production céréalière de moitié selon une évaluation faite par CRS en janvier 2012. Une enquête nationale sur la sécurité alimentaire des ménages ruraux du Tchad organisée en novembre-Décembre 2011 estimait que 521 200 personnes sont rendues vulnérables dans ces deux régions et nécessitent une assistance d’urgence.

Le problème

Cette baisse de production ajoutée à la présence de 260 000 réfugiés soudanais fait que la disponibilité d’aliments de base au niveau local s’est amenuisée, provoquant une hausse de prix de l’ordre de 30% pour le mil et 25% pour le sorgho. Les familles rurales sont les plus affectées par cette situation et sont contraintes à vendre leur bétail et autres biens familiaux comme l’a constaté l’évaluation de CRS. Cette évaluation précise que la vente d’actifs a commencé plus tôt que d’habitude. « Par le passé les ménages commencent à vendre leurs biens pendant la période de soudure qui s’installe en juin. Mais cette année, nous avons constaté qu’ils ont commencé à le faire dès le mois d’avril, informe Regis Bolou, un agent du SECADEV en exercice à Guereda. Par ailleurs, le nombre des candidats à l’exode rural est en net hausse comparé au chiffre de 2011 tel que le montre un rapport de Fews net. Pendant ce temps, les femmes, les enfants et les vieillards gardent les villages condamnés à une alimentation insuffisante et déséquilibrée basée sur un seul repas consommé par jour, voire un repas tous les deux jours.

Objectifs et résultats

L’objectif du projet FFP est sinon d’enrayer l’insécurité alimentaire, du moins d’atténuer le choc sur les ménages vulnérables en répondant à 50% de leurs besoins calorifiques.
Sur les courts et moyens termes, les populations bénéficiaires verront leur capacité à surmonter les crises accrue, leur situation alimentaire améliorée, par la reconstitution des stocks alimentaires animalier.
Concrètement, chaque ménage recevra tout les 14 jours, une assistance financière de 12 000f destinée à l’achat des vivres. Chaque famille aura ainsi reçu pendant les quatre mois que durera le projet la somme de 96 000 f. Mais cette somme n’est pas remise en espèce pour éviter d’être détournée de son objectif, l’achat des vivres. Cette assistance qui intervient pendant la période hivernale va permettre aux bénéficiaires de concerver leurs capitaux et de consacrer leurs efforts à exploitation agricole dont découlera leur autonomie.

Les bénéficiaires du projet

La répartition des bénéficiaires


10 110 ménages jugés vulnérables dont 6 171 tenus par des femmes sont identifiés par le projet. Ils sont issus des 128 villages dont 56 dans le Wadi Fira et 72 au Ouaddai. A la veille des marchés, les agents chargés de la mise en oeuvre du projet vont les villages des bénéficiaires pour distribuer les coupons. 14 marchés locaux sont identifiés pour réunir les bénéficiaires et les commerçants et permettre aux ménages de s’approvisionner en denrées de leur choix. Les agents chargés de la mise en œuvre du projet ont aussi pour tâche de sensibiliser les bénéficiaires sur les modalités d’utiliser les coupons sachant la majorité ne sait pas lire.

Les partenaires du projet

Le projet FFP est une initiative de CRS. La Caritas américaine est présente au Tchad depuis 2002. Elle a initié son premier projet en faveur des populations autochtones de l’est du Tchad affectées par la présence des réfugiés soudanais en 2005. Le projet FFP reçoit ses sources de financement du gouvernement américain représenté par l’agence USAID.
Sa mise en œuvre est confiée au Secadev qui intervient dans les deux régions depuis 1986.
Antoine Adoum Goulgué, Le Blog du Secadev

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :