La main, ce véhicule des maladies!

Que coûte-t-il de se laver les mains avant de manger ? Rien! ni du temps, ni de l’argent. Pourtant cette règle est la moins observée et cela expose nombre d’entre nous au pire, par exemple le choléra. Pour persuader les réfugiés à intégrer cette règle dans leur habitude, une démonstration de lavage de mains est organisée par le SECADEV dans les camps des réfugiés soudanais de Kounoungou et de Milé.

Une démonstration lors de la présentation du Sketch

Dans ces deux camps où vivent 34 945 réfugiés soudanais, deux démonstrations de lavage de mains ont été simultanément organisées le 17 octobre 2011. Au camp de Milé, plus de 200 réfugiés ont assisté à la démonstration.
L’approche choisie par les agents du secteur Assainissement géré par le SECADEV est celle du jeu de rôles. Un sketch présenté par un groupe de réfugiés représentant le vécu quotidien d’une famille (père, mère et enfants) a permis de montrer au public cible les différentes situations et attitudes à déconseiller et à adopter. Dans ce sketch, la mère, le principal acteur de la représentation prend soins de se laver les mains une première fois, puis une seconde fois avant de manipuler les aliments lors de la préparation du répas. Elle sert le plat aux siens tout en veillant que chaque membre de la famille surtout les enfants a lavé soigneusement ses mains aux savons avant de s’asseoir à table. Le père dont l’autorité prime sur toute la famille est mis à contribution pour imposer la règle d’hygiène.
Pour BOGUEL Priscilla, responsable du secteur Assainissement pour le camp de Milé, le théâtre, à travers le jeu de rôles permet de mieux dévoiler le comportement quotidien des familles ponctués des gestes dangereux telle que manger sans se laver les mains, manipuler les selles des enfants et remettre à cuisiner, utiliser les ustensiles destinés à la consommation de l’eau de boisson et des aliments sans se laver les mains.
Après le sketch, les agents responsables du secteur ont insisté sur les différents aspects de la démonstration, notamment comment se laver les mains avec de l’eau potable et du savon. L’utilisation d’une bouilloire en plastic appelée Sakane en Arabe, un moyen simple et efficace pour se laver les mains a été mis en exergue.
La cérémonie de lavage de mains a vu la participation des représentants des organisations humanitaires partenaires notamment l’UNHCR et la CNAR premiers concernés par la protection des réfugiés.
Cette journée a été célébrée dans un contexte particulier, celui d’une épidémie de choléra qui sévit dans plusieurs localités du Tchad notamment à Abéché qui n’est séparé de Guereda que par trois petites centaines de kilomètres. La crainte que les camps soient atteints à leur tour se justifie.
Cette cérémonie destinée aux réfugiées est toute aussi valable pour la population autochtone et les travailleurs humanitaires.
La journée internationale de lavage de mains instituée par les Nations Unies est célébrée chaque année le 15 octobre.Elle est aussi organisée dans les camps des réfugiés pour garantir à ces personnes vivant hors de leur pays une vie meilleure. Pour des raisons de perturbations de calendrier, elle a été repoussée cette année au 17 octobre explique Priscilla.
Antoine Adoum Goulgué, Le Blog du SECADEV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :