Vaccination du bétail : Une hausse sensible du nombre d’animaux vaccinés en 2011

La vaccination des animaux fait partie des activités du SECADEV à l’Est. Elle se déroule chaque année au début de l’hivernage et a pour fonction de protéger les animaux contre les maladies telles que le charbon bactéridien, une maladie dévastatrice de troupeaux.
A la délégation du SECADEV de Guereda, le nombre des animaux vaccinés est passé de 21 000 en 2010 à 34 000 en 2011. Deux facteurs expliquent cette hausse sensible.

Des éleveurs aidant à rabattre les animaux vers les vaccinateurs


« Nous avons prévu vacciner en 2011 28 000 têtes mais à la fin de l’opération, nous avons sépassé ce chiffre. Cela veut dire que nous irons bien au-delà », prévoyait, Marabe Christophe, Coordonnateur du secteur Élevage à la délégation du SECADEV à Guereda. Selon le technicien, cette hausse est due à l’adhésion des éleveurs à la politique de recouvrement des coûts adoptée l’an dernier. « Lors de la campagne 2010, les éleveurs étaient réticents à cette politique. Cette année, grâce aux sensibilisations que nous avons menées, leur position a changé », ajoute Marabeye.
Après sept ans d’opérations humanitaires à l’Est du Tchad consécutive à l’arrivée des réfugiés soudanais, l’esprit d’assistanat s’est développé parmi la population autochtone. L’UNHCR et ses partenaires ont décidé en 2010 de faire participer les éleveurs aux coûts de l’opération pour respecter les principes humanitaires qui sollicitent des bénéficiaires de l’aide une participation pour éviter de dépendre exclusivement de l’aide extérieure.
Le second facteur ayant contribué à l’augmentation du nombre des bêtes vaccinées est le retour de la sécurité. « Entre 2006 et 2008, personne ne pouvait effectuer une sortie en camion à plus de 20 km hors de la ville de Guereda », dit un agent du SECADEV qui se souvient qu’en ces jours-là des véhicules appartenant à des organisations humanitaires étaient fréquemment volés à l’intérieur même de la ville.
Cette insécurité ne visaient pas que les humanitaires. Les voleurs souvent armés d’armes à feu n’hésitaient pas à prendre pour cible les troupeaux d’éleveurs qu’ils déportaient pour des destinations inconnues. Redoutant ces actes, les éleveurs ne pouvaient pas prendre le risque de conduire leurs troupeaux loin de leur zone d’attache, fût-ce pour la vaccination.
Aujourd’hui, la situation s’est nettement améliorée. Depuis 2010 en effet les autorités tchadiennes ont pris des mesures drastiques contre les bandits, menaçant ces derniers de détention dans des prisons de haute sécurité.
Ces mesures ont porté leurs fruits réduisant considérablement le nombre d’incidents de sécurité qui pouvaient atteindre 30 agressions par mois. « La situation a tellement changé que nous sommes ici à Mineret, à 35 km de Guereda sans être inquiétés » s’en réjouit un autre. Les éleveurs de ce village ne pouvaient cacher leur satisfaction face au retour des agents vaccinateurs. « Nous sommes ravis de vous accueillir, disait Bokit en guise d’accueil à l’équipe de la vaccination car ajoute-t-il « depuis trois ans, nos animaux n’ont pas été vaccinés. Il y a des maladies nouvelles qui apparaissent, il faut la vaccination pour les protéger ».
Antoine Adoum Goulgué,Le Blog du SECADEV

#Lire d’autres articles sur la vaccination 2011
*Lire un article sur la vaccination en 2010
*Un techniciens d’Elevage parle de la vaccination

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :