Les témoignages des collègues

Ahamat PAYOUNI: "Une perte énorme pour le SECADEV"

« Quand j’ai appris la nouvelle, j’étais envahi par un énorme sentiment de tristesse. C’est une nouvelle très triste en ce sens que nous perdons un collaborateur avec qui nous travaillons depuis des années. Je suis sincèrement consterné par cette disparition.
Tomédé était ici à la coordination caissier. Depuis qu’il est absent du bureau pour des problèmes de santé, le comptable est tout seul à travailler et cela a eu des conséquences sur nos activités. Nous avons espéré qu’il recouvre sa santé pour reprendre sa place, hélas le sort a décidé autrement. Sa disparation laisse un grand vide et c’est une grande perte pour le SECADEV.
Tomédé était d’abord un collaborateur. Je retiens de lui deux souvenirs. D’abord c’est un agent consciencieux. Il aimait vraiment son travail. Le matin il vient au bureau et ne repart que le soir. Le second souvenir c’est sa disponibilité. Chaque fois qu’il me soumet un document à signer il s’assois pour avoir mon avis. Soit il y a certains aspects du dossier qu’il ne comprend pas et je lui explique. Soit il a des propositions à soumettre à mon appréciation.
Au nom de la coordination, j’adresse mes sincères condoléances à ses parents, amis et collègues. En tant que croyants, nous prions pour le repos de son âme.

Mariam Mahamat Ammat, secrétaire à la coordination d’Abéché

Mariam, celle qui l'appelait "Petit"

Ahmat PAYOUNI, Coordinateur des projet de l’Est

« Ce jour là j’étais à la maison lorsque j’ai reçu un sms m’annonçant la disparition de Tomédé. Au début, je n’avais pas cru. J’ai dû appeler pour confirmer la nouvelle et c’était vrai. Alors j’ai ressenti un choc dans mon cœur puis la tristesse m’a envahie. J’étais comme figée par une force et je me suis tue. Les autres autour de moi se sont rendu compte. Ma mère m’a demandé qu’est-ce qui n’allait pas. Je lui ai dit que j’ai perdu un collègue de travail.
Pour moi Tomédé n’est pas seulement un collègue mais un frère. Je l’appellais d’ailleurs « petit ». Lui et moi avions l’habitude de nous taquiner l’un l’autre. On se traitait de tout sans s’énerver. Lorsque j’ai un problème, je venais le lui confier et il me donnait de bons conseils.
Le souvenir que je garde de lui c’est celui d’un homme qui aime le contact humain, un homme qui aime la convivialité. Paix à son âme </em».
Témoignages reccueillis par Antoine Adoum Goulgué

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s