Le département d’orthopédie

Des personnes amputées retrouvent le plaisir de marcher

Le département d’orthopédie est le second pillier du Cark. Il fabrique différents types d’appareils qui permettent aux invalides de reconquérir leur autonomie de déplacement
« Le Cark fabrique des prothèses, des orthèses, des
chaussures orthopédiques, des chaises roulantes, des
tricycles, des cannes et des béquilles
« , informe Mahamat Bodingar, le responsable du centre. La fabrication de ces appareils orthopédiques ne se fait pas comme dans une fabrique de chaussures où l’on fabrique les unités sur la base de pointures. Toute fabrication d’appareillage est guidée par le dossier du patient ouvert dès son admission au centre. Ce dossier comprend entre autres, des informations personnelles et force détails concernant le type de prise en charge, les dimensions de l’outil à fabriquer. « Si le malade est amputé d’un membre, il lui faut une prothèse. S’il a plutôt un membre paralysé, malformé, ou accidenté, il lui faut une orthèse pour renforcer le membre défaillant. Pour ce faire, il faut que l’orthèse ou la prothèse corresponde aux mesures prises sur le patient pour que celui-ci se sente à l’aise dans l’utilisation de son appareillage », explique le chef du département, Bouba Martin.
L’atelier orthopédique a tout l’air d’une fabrique de membres artificiels. Il suffit de visiter les ateliers pour s’en rendre compte. Par ci, une jambe, par là un bras ou une main artificiels.
Et les techniciens s’affairaient à participer à la fabrication d’un appareillage. Le tout baignait dans un bruit digne d’une usine. Bruit des machines à faire fonctionner un mécanisme, bruit d’une scie électrique qui découpe du fer ou de la matière, bruit encore d’une perceuse qui perfore telle pièce. Des coups de marteaux rythmaient ce bruit de fond. Dans ce fluide pourtant bruyant, se fait un travail artistique, celui de la fabrication de prothèses. Mouler, modéler, raboter, lisser vernir,… telles sont les actions exécutées par les techniciens orthopédistes.
Après un tour d’ateliers, l’areillage est achevé et commence la phase de l’ajustage, c’est-à-dire l’essaie. Le bénéficiaire est alors invité à porter son outil pour s’assurer qu’il lui sied bien. Dans le cas contraire, l’outil repart dans les ateliers pour des retouches.
L’avant dernière phase est celle des exercices de marche. Le bénéficiaire doit apprendre à se servir de son appareil en vue de s’adapter à son utilisation. Les bénéficiaires du service orthopédique sont des militaires ou des civils victimes des conflits armés, mais aussi des accidentés et les personnes ayants connu des malformations physiques.
Les patients victimes des combats ou des minies anti personnelles sont pris en chargé par le CICR selon son mandat de protection des soldats et civils bléssés sur le champ de bataille. Pour ce faire, un partenariat entre SECADEV et cette institution neutre, permet d’importer du matériel devant servire à fabriquer ces appareils de motricité ou de préhension.  » Après ma blessure je ne croyais pas pouvoir à nouveau me déplacer sans être assistée« , indique Hassanié, une soldate bléssée lors d’un combat et qui fut amputée de sa jambe droite. Elle apprenait fébrilement à utiliser sa prothèse tibiale mise à sa disposition par le Cark. « C’est difficile de marcher avec l’appareil, mais je suis ravie d’avoir cette chance de marcher à nouveau, fut-ce grâce à une jambe artificielle « . En contrepartie de l’appui que le CICR apporte au Cark, les personnes victimes des conflits armés bénéficie d’une remise sur le prix de apareils orthopédiques.
Les techniciens orthopédistes travaillants au Cark sont des Tchadiens jouissant de toute la compétence et l’expérience requises. Pour préparer la relève, le centre a recruté deux jeunes, une fille et un garçon qui passent un stage au département avant une formation au Togo comme l’a annoncé le responsable du centre.
Antoine Adoum Goulgué,Info SECADEV N°16 octobre 2010, Le blog de SECADEV.

Lire d’autres articles sur le sujet: Page dédiée au cark

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s