Le CARK face au public

Transféré du quartier Klebmat à Kabalaye, le centre de rééducation et d’appareillage (CARK) de SECADEV est désormais situé à l’Avenue Bokassa après la librairie La source et l’école Catholique associée. Il reçoit en moyenne 60 patients par jour, des personnes souffrant de problèmes orthopédiques (paralysie, amputation, entorses ou fractures dues aux accidents de la route, malformations physiques, la lèpre, etc.)

Cette fille en rééducation kinésithérapique a perdu l'usage de ses jambes suite à une maladie


Le centre est structuré en deux départements : le département de kinésithérapie et le département d’orthopédie.
La kinésithérapie assure la rééducation physique des patients par des techniques de massage et d’exercices musculaires. Les personnes nécessitant une prise en charge kinésithérapique sont les enfants souffrant d’infirmités motrices cérébrales (IMC), les handicapés, les patients en instance d’intervention chirurgicale ou ceux qui viennent d’en subir.
Le département d’orthopédie s’occupe de la fabrication des appareils orthopédiques tels que les béquilles, les chaises roulantes (tricycles), les prothèses, les orthèses et les chaussures orthopédique pour les malades de la lèpre. Les activités journalières du Cark se déroulent comme suit : accueil et enregistrement des malades, évaluation clinique(consultation) faite conjointement par les techniciens des deux départements, la prise de mesures (en vue de la fabriquer les appareils orthopédiques), la fabrication et l’essayage des appareils orthopédiques, l’essayage des appareils par le patient, l’éducation à la marche, la finalisation esthétique des appareils.
Les personnes fréquentant le Cark sont en majorité les militaires et les civils blessées par balle ou par mines anti personnelles qui représentent 55%. Celles-ci sont prises en charge par le CICR, partenaire privilégié du Cark. Les particuliers c’est-à-dire ceux pris en charge par leur famille sont à 35% des effectifs des patients. La dernière catégorie des patients est celle constituée salariés des institutions de la place qui ne représentent 3%.
Les techniciens orthopédiques et kinésithérapeutes travaillant au Cark est des Tchadiens pour la plupart. Ils ont été recrutés et formé par le CICR un an après la création du Cark en 1981. Le département orthopédique en compte 8 personnes, la kinésithérapie en compte quatre. Pour assurer la relève le Cark a envoyé deux jeunes tchadiens, une fille et un garçon pour des études au Togo. Le Blog de SECADEV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :